2 min.

Topo

Fondations et fonds de dotation, qui arrête les comptes ? Qui les approuve ?

Date de publication : 04.06.20

ComptabiliteAssociation

image a la une

Philippe Guay

En ce qui concerne la fondation ou le fonds de dotation, les textes sont clairs. L’organe délibérant qui approuve les comptes annuels qui lui sont soumis chaque année est le conseil d’administration. En effet, contrairement aux associations où c’est l’assemblée générale des membres qui est souveraine pour marquer cette décision, les fondations et fonds de dotation ne sont, par essence, pas composés d’un ensemble de membres auxquels le législateur confie cette attribution. Il y a donc un étage de moins à la pyramide décisionnelle pour ce genre d’entités.

Alors que pour les associations, il est fréquent d’observer que les comptes sont « arrêtés » par le conseil d’administration qui les soumet ensuite à l’approbation de l’assemblée générale, les textes sont beaucoup moins précis, voire muets en ce qui concerne les fonds et fondations.

Ainsi donc, nous pouvons être en présence de différentes solutions ou organisations des procédures selon que ces dispositions sont prévues ou non dans leurs statuts.

Certains statuts précisent que les comptent sont « présentés » ou « soumis » par le président ou le trésorier à l’approbation du conseil d’administration. Dans ce cas, on peut considérer que ceux-ci sont « arrêtés » par une seule personne.

D’autres statuts organisent, comme les statuts-types du Conseil d’Etat, « l’examen » ou « l’arrêté » des comptes et en confient la charge à un bureau, un comité financier, d’audit ou portant une autre dénomination. C’est ce comité qui présente les comptes et les soumets, sous l’autorité du président, à l’approbation du conseil d’administration.

Ces dispositions, si elles ne sont pas prévues dans les statuts, sont parfois décrites dans un règlement intérieur. Et si ce n’est pas le cas, il est fortement recommandé que le conseil d’administration, dans ses premières délibérations organise cette procédure.

A lire : Comment préparer l’après-crise du coronavirus : intérêt de la redéfinition des statuts de l’association

Le commissaire aux comptes, lorsqu’il rédige son rapport annuel d’émission d’opinion sur les comptes annuels qui sont soumis à son audit, doit respecter un texte qui cite le nom et la date de l’organe ayant procédé à « l’arrêté » des comptes. Il est donc indispensable, quelle que soit l’organisation ou la personne retenue pour procéder à cet arrêté, qu’un document ou procès-verbal consacre cette opération en précisant la date et les coordonnées de la personne ayant autorité pour le faire.

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Philippe Guay

Expert-comptable Associé, Responsable Associations – Economie sociale

Philippe est expert-comptable et commissaire aux comptes, en charge de la ligne de service « Associations » pour le cabinet In Extenso.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

L’expert-comptable dans le CSE : les missions principales

Le rôle de l'expert-comptable au sein du CSE diffère selon les besoins et les compétences des élus. Bien souvent désigné dans le cadre [...]

Topo

La gestion désintéressée de l’association

Il convient d'être vigilant à tous les stades de vie de l'association et de respecter les règles établies pour en assurer une gestion [...]

Comment les associations peuvent-elles opérer une sectorisation de leurs activités lucratives ?

Depuis bientôt une vingtaine d'années, les associations ont découvert et mis en place de nouvelles règles fiscales. En effet, l'administration [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.