2 min.

Le statut de Jeune Entreprise Innovante

Date de publication : 24.10.12



Jean-Louis Hébert

Une entité juridique (quelle que soit sa forme) soumise à l’impôt sur les bénéfices et vous remplissez les conditions suivantes :

  • vous employez moins de 250 salariés, réalisez un CA < à 50M€ ou votre total bilan est inférieur à 43M€,
  • vous existez depuis moins de 8 ans et êtes détenue à plus de 50% par des personnes physiques,
  • vos dépenses de R&D représentent au moins 15% des charges totales par exercice,
  • vous avez été créée ex-nihilo (pas d’apports partiels d’actifs, de reprise d’une activité préexistante, …).

Quelles sont les dépenses permettant des allègements fiscaux et exonérations de charges patronales ?

Les dépenses de R&D prises en compte pour valider l’atteinte du seuil minimal de 15% sont les suivantes :

  • les dotations aux amortissements des immobilisations affectées directement à la R&D,
  • les dépenses de personnel des chercheurs et techniciens de recherche directement affectés à la R&D,
  • les rémunérations supplémentaires et “justes prix” versés au profit des salariés auteurs d’une invention,
  • les dépenses relatives aux opérations de R&D externalisées auprès de prestataires agréés,
  • les dépenses liées aux brevets et certificats d’obtention végétale
  • les dépenses de normalisation afférentes aux produits de l’entreprise.

Le statut de JEI permet de bénéficier de deux types d’avantages :

– Allègements fiscaux :

  • Exonération dégressive de l’impôt sur les bénéfices.
  • Exonération totale d’imposition forfaitaire annuelle (IFA).
  • Sur décision des collectivités locales concernées : exonération de la contribution économique territoriale (CET) et/ou de la taxe foncière sur les propriétés bâties pendant 7 ans.
  • Ces allègements fiscaux ne peuvent excéder le plafond des aides “de minimis”, soit un montant de 200 000 € par période de 36 mois.

– Exonérations, dégressives et plafonnées, de charges patronales :

  • Pour les chercheurs, techniciens, gestionnaires de R&D et les juristes chargés de la protection industrielle.
  • Pour les mandataires sociaux relevant du régime général de la sécurité sociale.
  • Ces exonérations ne sont pas cumulables avec une autre mesure d’exonération de cotisations patronales.
Partagez cet article
A propos de L’auteur

Jean-Louis Hébert

Spécialiste des aides et financements publics

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Organiser la rémunération des fonctions de direction et des prestations de services dans un groupe de sociétés : difficultés et possibilités

C'est bien connu, les management fees, c'est dangereux. Les flux financiers de refacturations via des conventions de prestations dans un [...]

Vidéo

Choix de la forme sociale : 5 conseils pour les créateurs d’entreprise

Vous avez un projet de création d'entreprise et vous avez décidé de créer votre société ? Le choix de la forme sociale est un élément [...]

Projet de loi de finances pour 2020 – Recentrage de l’ACRE sur son public cible

L'article 80 du projet de loi de finances pour 2020 prévoit la limitation du bénéfice de l'ACRE dans certains cas.

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.