3 min.

Les chiffres du marché hôtelier français en avril 2019

Date de publication : 03.04.19

Café Hôtel et Restaurant

Philippe Gauguier

Présentation des chiffres de l’hôtellerie française en Ile de France et en région.

Suite au tumulte du premier trimestre 2019 où les taux d’occupation étaient en recul, le mois d’avril vient finalement inverser la tendance. L’hôtellerie française avait franchement encaissé un ralentissement depuis le début du
mouvement des Gilets Jaunes. En effet, au mois d’avril, le secteur semble reprendre des couleurs puisque les taux d’occupation progressent à nouveau sur les catégories Milieu de gamme, Economique et Super-économique, de l’ordre de 3% à 4%. Seules, les catégories Luxe et Haut de gamme enregistrent encore un très léger recul d’occupation. Dans
le même temps, et depuis le mois de janvier, les prix moyens par chambre louée sont en hausse sur tous les segments.

Là encore, les segments Luxe et Haut de gamme font figure d’exception avec une recette moyenne par chambre louée qui continue à diminuer par rapport à 2018. En données cumulées à fin avril 2019, la tendance s’adoucit, et bien que le taux d’occupation moyen soit encore en très légère baisse, la progression du revenu moyen par chambre louée de 2% suffit à faire augmenter le chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) à l’échelle de la France.

Zoom sur l’hôtellerie française de la région parisienne

En avril 2019, le trafic des aéroports de Paris est en progression d’un peu plus de 8% par rapport à l’année dernière, avec 9,4 millions de passagers, dont 6,5 millions à Paris-Charles de Gaulle (+12,9%) et 2,9 millions à Paris-Orly (-0,4%). Rappelons-nous que le mois d’avril 2018 avait fortement été impacté par les grèves de personnel d’Air France. Depuis le début de l’année, le trafic est en hausse d’environ 5% avec un total de 33,2 millions de passagers.

L'hôtellerie française a été impactée par les grèves de personnel d'Air France
L’hôtellerie française a été impactée par la grève du personnel d’Air France

Quant à l’hôtellerie en région parisienne, fortement impactée ces derniers mois par la mauvaise conjoncture, affiche en ce mois d’avril une belle amélioration. En effet, sur les trois premiers mois de l’année, l’ensemble des catégories à Paris enregistrait une chute significative des taux d’occupation, alors qu’en avril, et pour la première fois de l’année, les hôtels Economique et Milieu de gamme affichent une hausse de 3% d’occupation. En revanche, les catégories Haut de gamme et Luxe peinent toujours à se maintenir. Notons toutefois que, bien que le taux d’occupation soit en retrait, les établissements parisiens Haut de gamme affichent un niveau de fréquentation très satisfaisant, d’environ 80% de taux d’occupation. De plus, les hôteliers semblent continuer à jouer sur le levier du prix moyen, permettant ainsi au chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) de progresser de 3% sur le mois d’avril.

En données cumulées, après un premier trimestre inquiétant, la tendance à Paris semble commencer à s’inverser. Le reste de l’Île-de-France est d’une manière générale dans cette même tendance de reprise. Seul, le pôle de Roissy Charles de Gaulle a souffert de l’absence du Salon Intermat qui s’était tenu en avril 2018 à Villepinte durant six jours et avait eu un impact bénéfique sur l’hôtellerie française. La crise des Gilets Jaunes commence à s‘estomper et les performances hôtelières à repartir. Reste à espérer que cette tendance se poursuive dans les semaines et mois à venir.

Analyse des tendances en région

La météo clémente durant les vacances de printemps a permis à la Province d’enregistrer de bons niveaux d’occupation sur l’ensemble des catégories, avec des progressions allant de 2% à 5% selon les segments. Globalement, l’hôtellerie en Régions affiche un chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) en hausse de 5% environ par rapport au mois d’avril 2018. A titre d’exemple, Montpellier Méditerranée Métropole a particulièrement profité de cette bonne tendance et, notamment, grâce à la tenue de nombreux événements tels que le Salon Ob’Art, le Congrès de la Confédération Francophone d’Hypnose et de Thérapie Brève, permettant une progression des taux d’occupation sur l’ensemble des catégories.

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, l’hôtellerie française a clairement subi un ralentissement, qui s’est fait ressentir principalement à Paris et en région Île-de-France mais également dans certaines métropoles régionales telles que Nice, Bordeaux ou Toulouse. Toutefois, les performances se redressent, et en données cumulées à fin avril 2019, les chiffres d’affaires hébergements sont en hausse.

L’hôtellerie Côte d’Azurienne

Quant à la Côte d’Azur, et après une saison d’hiver compliquée, les vacances, le week-end de Pâques et le beau temps, ont permis aux hôtels d’enregistrer des réservations en masse. Dans l’ensemble, les hôteliers sont satisfaits de ce début de saison et sont confiants pour la cuvée 2019, malgré des chiffres d’affaires hébergement (RevPAR) en retrait, plus particulièrement sur les catégories supérieures. Notons que le mois d’avril 2018 avait été fortement désavantagé par la mauvaise météo, les grèves
et les vacances scolaires décalées.

In Extenso vous propose tous les mois un observatoire statistique contenant les performances du marché hôtelier, de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.

Vous souhaitez recevoir notre étude mensuelle par mail ? C’est par là !

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Philippe Gauguier

Associé In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie

Expert dans l’étude de marché hôtelier, de l’évaluation de patrimoine et de groupe d’hôtels, de mise en place d’organisation… chez In Extenso Tourisme Culture & Hôtellerie.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Checklist

Financer son projet de création d’entreprise sans passer par les banques, c’est possible ?

La création d'entreprise implique de réunir les fonds nécessaires au lancement et à la pérennisation de l'activité. Le prêt bancaire [...]

Topo

Prélèvement à la source : l’option pour les acomptes trimestriels

Les exploitants individuels ont jusqu'au 1er octobre prochain pour choisir le versement trimestriel des acomptes d'impôt à la source.

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.