3 min.

Performances hôtelières du mois d’octobre 2019

Date de publication : 03.10.19

Café Hôtel et Restaurant

Philippe Gauguier

Comme tous les mois, In Extenso revient pour vous partager les dernières performances hôtelières chiffrées avec un focus sur les différentes régions de l’Hexagone.

Après une rentrée relativement prometteuse en septembre, le mois d’octobre vient assombrir la tendance pour l’hôtellerie française. En effet, l’ensemble des segments affiche une baisse concomitante de leur taux d’occupation et de leur prix moyen, entraînant une chute de 3% du RevPAR moyen. En données cumulées à l’inverse, malgré une fréquentation en berne sur les catégories Luxe – Haut de gamme et Super-économique, la tendance reste positive et la France affiche un chiffre d’affaires hébergement progressant d’environ 2%. Cette tendance positive s’inscrit dans un contexte européen favorable. Effectivement, nombreux sont les pays dont le RevPAR augmente ; la Belgique (6%), le Royaume-Unis (1%), l’Allemagne (1%), l’Italie (3%) et la Suisse (5%), selon les données de notre partenaire STR.

Les performances hôtelières de Paris font grise mine

La région parisienne, et plus encore Paris, est très dépendante de la clientèle d’affaires durant les mois de septembre et octobre. Ainsi, ces derniers auront été très impactés par l’absence de certains événements
importants qui ne se tiennent que durant les années paires comme le salon de l’Automobile. L’année dernière par exemple, le SIAL (rendez-vous mondial de l’innovation alimentaire), salon biennal qui se tient à Villepinte, avait accueilli plus de 150 000 visiteurs. Le mois d’octobre a donc confirmé la tendance maussade du mois de septembre initié à Paris avec une fréquentation qui continue de reculer (près de -3% de taux d’occupation).

La région parisienne, et plus encore Paris, est très dépendante de la clientèle d’affaires durant les mois de septembre et octobre

De plus, et alors qu’en septembre les hôtels parvenaient globalement à maintenir leur prix moyen, en octobre, la situation se dégrade puisque Paris affiche un recul de 7% de son prix moyen par rapport à l’année passée, toutes les catégories étant impactées par cette baisse. Le reste de l’Ile-de-France n’est pas épargné puisque cette mauvaise tendance se retrouve sur l’ensemble des départements. En données cumulées à fin octobre 2019, les prix moyens ne suffisent plus à compenser la perte d’occupation, et ainsi, la capitale enregistre un repli de près de 1% de son chiffre d’affaires hébergement (RevPAR). Paris fait donc figure de mauvais élève parmi les capitales européennes puisque certaines villes affichent à l’inverse de bonnes tendances. Bruxelles par exemple voit son RevPAR progresser de près de 8% en données cumulées à fin octobre, et Londres de 5%. Madrid affiche une progression encore plus importante avec un RevPAR en hausse de près de 13%.

Comme pour le mois de septembre, en octobre, les Régions se placent comme étant le moteur de la croissance, bien qu’elles affichent des niveaux de performances largement inférieurs à ceux de la région parisienne. En effet, elles affichent un taux d’occupation et un prix moyen globalement stables, voire en hausse, permettant au RevPAR d’afficher une légère progression par rapport à 2018. Notons tout de même que les performances hôtelières sont largement hétérogènes d’une agglomération à l’autre, et même au sein d’une même agglomération, d’une catégorie à l’autre. En données cumulées, le constat est le même ; néanmoins certaines métropoles se distinguent en affichant de belles progressions sur l’ensemble des catégories. Lyon par exemple, dont la progression du RevPAR oscille entre 5% sur le segment Haut de gamme / Luxe et 11% sur le segment Superéconomique. A l’échelle européenne, cette tendance est comparable à celle enregistrée à Barcelone dont le RevPAR global a progressé de 13% en données cumulées.

La Côte d’Azur affiche en ce mois d’octobre une tendance tout à fait satisfaisante, et même encourageante, si elle n’avait pas été entachée par la catégorie Luxe dont le taux d’occupation chute de 7% et le prix moyen de 8%. En données cumulées, le RevPAR global maintient une hausse de presque 3%.

In Extenso publie chaque mois un observatoire statistique recensant les performances hôtelières de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.
Partagez cet article
A propos de L’auteur

Philippe Gauguier

Associé In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie

Expert dans l’étude de marché hôtelier, de l’évaluation de patrimoine et de groupe d’hôtels, de mise en place d’organisation… chez In Extenso Tourisme Culture & Hôtellerie.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Tendances du tourisme et de l’hôtellerie en juillet 2019

A l'heure où la saison estivale touche à sa fin et les bilans sur le point d'être établis, le mois de juillet apparaît comme contrasté [...]

L’employeur face au Coronavirus : Gérer les inquiétudes des salariés

La pandémie de Coronavirus (COVID-19) continue de défrayer la chronique. Le 8 mars dernier, le gouvernement a, de nouveau, annoncé une [...]

Les tendances touristiques : focus sur le mois d’août 2019

L'absence de bon nombre de touristes étrangers cet été en France n'aura eu que peu d'impact sur les performances des hôtels. En effet [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.