3 min.

Le confinement VS l’hôtellerie : un ralentissement de l’activité amorcé

Date de publication : 20.02.20

Coronavirus - covid-19Café Hôtel et Restaurant

Philippe Gauguier

Le mois de février 2020 est le préambule de ce qui s’annonce déjà être une année catastrophique pour
l’industrie du tourisme. Après un mois de janvier préoccupant, marqué par les incertitudes liées au Brexit, aux mouvements sociaux et à la propagation du Covid-19, le mois de février s’annonçait également compliqué pour l’hôtellerie. A raison, la propagation de la pandémie du Covid-19 a déjà commencé à impacter les performances hôtelières en France. On constate un ralentissement de l’activité dans le secteur ce mois-ci. Plusieurs événements ont été annulés voire reportés sine die à l’image du Salon de
l’agriculture, écourté, ou du semi-marathon de Paris, annulé. Le mois de février reste malgré tout meilleur que celui de l’an dernier, durement impacté par le mouvement des Gilets Jaunes. En effet, le RevPAR du marché hôtelier français a progressé d’environ 4% toutes gammes confondues par rapport à 2019, porté par la hausse du prix moyen. Le regain d’occupation a été plus élevé sur la Côte d’Azur (+5% d’occupation), et dans une moindre mesure en Régions (+3%) et à Paris (+1%).

Des performances hétérogènes paralysée par le Covid-19

L’Île-de-France enregistre des performances très hétérogènes entre Paris Intra-muros et le reste de la région. Le RevPAR toutes catégories confondues a augmenté de 4% en février dans la capitale. Il a été soutenu par la hausse
de 3% du prix moyen, notamment sur le segment Luxe et Palaces (+13% par rapport à 2019). Cette tendance haussière s’est toutefois ralentie en raison du Covid-19 apparu en Asie, entraînant des restrictions de voyage, un ralentissement des ventes à cause de l’annulation de plusieurs événements internationaux. De plus, cette tendance est à replacer dans son contexte : le début de l’année de 2019 avait été fortement impacté par les mouvements des Gilets Jaunes. En cumul à fin février 2020, le RevPAR a progressé de 8% dans l’hôtellerie parisienne. Hors Paris Intra-muros, l’hôtellerie en région Île-de-France rencontre une situation bien plus difficile, avec un recul d’activité. Les RevPAR baissent d’environ 1% à 3% selon les catégories, et ceci, malgré des progressions encore visibles en petite couronne. Après les attentats de 2015-2016, les grèves SNCF, les Gilets Jaunes, la réforme des retraites, aujourd’hui le Covid-19, entraînant à l’arrêt le secteur, ne présage rien de bon dans les mois à venir.

En Régions (hors Côte d’Azur) et après un mois de janvier difficile, l’hôtellerie enregistre une hausse d’environ 5% de RevPAR en février 2020. Le taux d’occupation et prix moyen obtiennent chacun une progression,
respectivement de l’ordre de 3% par rapport à la même période de l’année précédente. Ces indicateurs sont au vert dans l’ensemble des catégories d’hôtels. A l’origine de ces progressions, on peut citer Bordeaux, Lyon ou encore Grenoble. Néanmoins, certaines agglomérations françaises telles que Montpellier, Le Havre mais aussi Rouen ont connu des baisses. Finalement, sur les deux mois de l’année, le RevPAR reste stable par rapport à 2019. Quant à la Côte d’Azur, après une année 2019 stable dont une saison d’hiver compliquée, ce mois de février est positif : RevPAR en croissance de 7%. Plus particulièrement, les villes de Nice et Monaco continuent sur une bonne dynamique en ce début d’année comparée à l’an dernier.

Coronavirus : Les services publics, les hôpitaux, les écoles, les administrations et les entreprises, doivent pour faire face à une situation inédite qui, malheureusement, n’apparait pas totalement sous contrôle.

Les activités hôtelières subissent de plein fouet les mesures du confinement prises par le gouvernement

Suite aux mesures de confinement prises par le gouvernement pour endiguer la pandémie du Covid-19 à la mimars, de nombreux hôtels partout sur le territoire ont dû fermer leurs portes pour une durée indéterminée et les taux d’occupation se sont effondrés. Le report de certains événements compensera difficilement les nombreuses annulations, à l’image du Festival de Cannes qui ne connaîtra certainement pas d’édition 2020. Le doute plane
encore sur l’avenir de certains évènements sportifs, comme Le Tour de France qui doit être lancé à Nice, et de nombreux salons qui seront reportés voire déclinés dans des versions digitales (MIPIM, MIPTV, MIDEM, etc.). Le
secteur devra être patient, aussi bien en France qu’à l’échelle européenne, un retour à la norme ne devrait pas être attendu avant de longs mois…

Chiffres clés de l'hôtellerie du mois de février 2020 pendant le confinement lié à la pandémie du covid-19

In Extenso publie chaque mois un observatoire statistique recensant les performances du Tourisme et Hôtellerie de plus de 2 500 hôtels pour une capacité théorique de plus de 195 000 chambres, soit un tiers du parc hôtelier français.

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Philippe Gauguier

Associé In Extenso Tourisme, Culture & Hôtellerie

Expert dans l’étude de marché hôtelier, de l’évaluation de patrimoine et de groupe d’hôtels, de mise en place d’organisation… chez In Extenso Tourisme Culture & Hôtellerie.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

L’employeur face au Coronavirus : Gérer les inquiétudes des salariés

La pandémie de Coronavirus (COVID-19) continue de défrayer la chronique. Le 8 mars dernier, le gouvernement a, de nouveau, annoncé une [...]

Vidéo

Recruter son premier salarié – mode d’emploi

Vous envisagez d'embaucher votre premier salarié pour faire face au développement de votre activité ? Que faut-il impérativement savoir [...]

Taux d’occupation du marché hôtelier français en juin 2019

L'hôtellerie française enregistre de très bons résultats au mois de juin. Une première depuis le début de l'année, tous les indicateurs [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.