3 min.

Infographie

Infographie – CCN Métallurgie, prévoyance et frais de santé – Et c’est parti !

Date de publication : 28.07.22

Gestion sociale et paieArtisan - commerçant - TPEPME

image a la une

Amélie LEPORT

Alors que, jusqu’à présent, la branche de la métallurgie ne disposait d’aucun régime national en matière de prévoyance lourde (incapacité, invalidité, décès) et de frais de santé, c’est désormais chose faite.
 
La nouvelle convention collective nationale de la métallurgie signée le 7 février 2022 contient désormais un titre XI et une annexe 9 consacrés à ces sujets. Les nouvelles obligations, notamment financières, qu’elle fait peser sur les entreprises de la branche ont vocation à s’appliquer le 1er jour du mois suivant la date de publication de l’arrêté d’extension, et en tout état de cause au plus tôt au 1er janvier 2023. A noter que la branche a, par un accord signé le même jour, organisé des régimes frais de santé et prévoyance ad hoc, qui seront proposés par des organismes assureurs labellisés.
 
Mais de quoi s’agit-il, que doivent faire les entreprises pour se préparer à ces évolutions ? In Extenso vous répond en images, et vous accompagne dans la mise en place ou l’adaptation de vos régimes.

De quoi s’agit-il ?

Qui est concerné ?

Les nouveaux régimes de prévoyance lourde et de frais de santé ont vocation à s’appliquer dans toutes les entreprises de la branche, quel que soit leur effectif, et qu’elles soient ou non adhérentes aux organisations patronales.

Elles doivent y affilier l’ensemble de leurs salariés sans condition d’ancienneté, en ce y compris les VRP et les travailleurs à domicile.

Prévoyance lourde : quelles garanties et quel financement ?

Infographie CCN Metallurgie - Protection sociale complementaire - Couverture prevoyance
Infographie à télécharger

Le régime prévoit les garanties suivantes :

  • Incapacité temporaire de travail,
  • Invalidité,
  • Capital décès,
  • Rente éducation.

Ces garanties doivent être financées par une cotisation minimale garantie fixée à :

  • Pour les cadres et assimilés, 1,12% de la rémunération dans la limite de la tranche 2, dont 100% doit être pris en charge par l’employeur
  • Pour les non cadres (hors assimilés), 0,6% de la rémunération dans la limite de la tranche 2, dont au moins 43% doit être pris en charge par l’employeur.
Le financement patronal minimal de la garantie prévoyance prévu par la CCN est inférieur à la fameuse obligation de financement patronal de 1,5% tranche A en matière de prévoyance issue des accords AGIRC-ARRCO. La branche pouvait en effet valablement déroger à cette obligation. Dès lors, il n’y a pas de risque pour les entreprises de la métallurgie à appliquer le taux conventionnel fixé dans la branche.

Frais de santé : quelles garanties et quel financement ?

Infographie CCN Metallurgie - Protection sociale complementaire - Couverture frais de sante
Infographie à télécharger

Un socle minimal de garanties doit être proposé, l’employeur devant s’engager à financer 50% de la cotisation globale correspondante.

Des garanties additionnelles peuvent être mises en place dans l’entreprise. Selon qu’elles sont ou non obligatoires, l’employeur doit également, ou non, contribuer à leur financement à hauteur de 50% de la cotisation correspondante.

Attention, à noter que, contrairement au régime de prévoyance, les salariés peuvent s’exonérer de l’affiliation obligatoire au régime de deux manières :
-Soit en sollicitant l’un des cas de dispense autorisés, sous réserve éventuellement de produire les justificatifs nécessaires ;
-Soit en sollicitant, dans les cas et conditions autorisés, le paiement d’un « versement santé » se substituant au financement patronal du régime et leur permettant de financer une autre couverture souscrite par ailleurs.

A lire : Entreprises individuelles et EIRL, quoi de neuf ?

Comment s’y préparer ?

Infographie CCN Metallurgie - Protection sociale complementaire - Adapter les regimes de prevoyance
Infographie à télécharger

Comme nous l’avons dit, ces nouvelles dispositions ont vocation à entrer en vigueur au 1er jour du mois qui suit la publication de l’arrêté d’extension du texte, et au plus tôt au 1er janvier 2023.

En l’absence de connaissance de la date où cet arrêté d’extension va paraître, il est prudent de considérer qu’il est possible que les textes s’appliquent dès le 1er janvier 2023.

Or, selon la situation de l’entreprise concernée, celle-ci doit, d’ici l’entrée en vigueur des nouveaux textes :

  • Soit procéder à la mise en conformité des régimes en vigueur dans l’entreprise à ces nouvelles normes ;
  • Soit mettre en place dans l’entreprise des régimes conformes.

L’une ou l’autre hypothèse suppose l’accomplissement de plusieurs démarches.

Comme indiqué en introduction, la branche s’est équipée d’un régime de branche complet en matière de frais de santé et de prévoyance, permettant aux entreprises souhaitant y adhérer de remplir l’ensemble de leurs obligations conventionnelles en matière de protection sociale complémentaire. Ce régime sera identifiable sous le label « cœur industrie » et sera commercialisé par des organismes assureurs labellisés par la branche (il s’agira a priori de Malakoff, Harmonie Mutuelle et d’une association incluant Apicil).

Du point de vue du contrat d’assurance

Il convient de négocier et conclure un contrat d’assurance conforme avant l’entrée en vigueur des textes, supposant éventuellement de résilier ou modifier l’actuel contrat d’assurance en vigueur.

Or, il existe des délais de résiliation à respecter en matière de prévoyance lourde (2 mois avant le 31 décembre, soit avant le 31 octobre), et de frais de santé (selon date de conclusion du contrat, 1 à 2 mois). Pour éviter la rupture de couverture assurantielle, il est essentiel d’entamer des négociations avec un/des organisme(s) assureur(s) avant cette résiliation, afin qu’un nouveau contrat prenne immédiatement le relais du précédent.

Du point de vue de la formalisation du régime dans l’entreprise

L’évolution ou la mise en place de régimes dans l’entreprise peut nécessiter diverses démarches d’information/consultation du CSE et des salariés, notamment éventuellement via la rédaction d’une décision unilatérale. Ces formalités doivent également être effectuées en amont de l’entrée en vigueur des nouveaux régimes.

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Amélie LEPORT

Juriste conseil social

Amélie est manager en conseil social au sein d’In Extenso, elle travaille depuis 12 ans dans le domaine du droit du travail et de la protection sociale. Elle a exercé ces spécialités à la fois en entreprise et en tant qu’avocate.

Voir d'autres articles

Méryl Ulmann

Juriste en Droit social

En tant que Responsable Conseil Social au sein d’In Extenso, Méryl Ulmann intervient en support des juristes et gestionnaires paie sur les problématiques de droit du travail et de protection sociale complémentaire.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Infographie

Nouveaux outils en faveur du pouvoir d’achat : démêlons le vrai du faux !

En cette fin d'été brûlant d'actualité en matière sociale, il est temps de faire le point sur les nombreux dispositifs adoptés par [...]

Entreprises innovantes : comment protéger vos inventions ?

La notion de secret est déjà présente dans l'environnement juridique français à bien des égards depuis déjà longtemps  ; qu'on [...]

Study on the electronic invoicing in Europe

The study focused on the following countries: Italy, Spain, Portugal, Belgium, Netherlands, Poland, United Kingdom and France.As a reminder [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.