4 min.

Topo

Impossible de travailler le dimanche ? Et si la société obtenait une dérogation préfectorale !

Date de publication : 12.12.19

Gestion de sociétéJuridiqueArtisan - commerçant - TPEFranchisé - franchiseurPME

Thibaut De Leiris

Le travail du dimanche reste, malgré les réformes de ces dernières années, un sujet épineux qu’il convient d’aborder avec précaution. Nous aborderons, dans le présent article, uniquement le travail dominical fondé sur une demande de dérogation préfectorale. Nous n’aborderons ni les dérogations conventionnelles, ni les dérogations permanentes de droit (articles R. 3132-5 et suivants du Code du travail), ni les dimanches du maire, ni le cas particulier des commerces de détail alimentaire, ni les dérogations accordées en fonction de critères géographiques (ZTI, zones touristiques et commerciales, gares).

Nous n’aborderons au travers cet article que le cas des entreprises qui ne se trouvent dans aucune des situations particulières définies par le Code du travail, mais qui pour qui la fermeture dominicale serait préjudiciable soit au public, soit au bon fonctionnement de l’établissement.

1er temps : Justifier que l’absence de travail le dimanche porte préjudice soit au public soit au fonctionnement de l’entreprise.

2ème temps : Prévoir des compensations pour les futurs salariés volontaires qui travailleront le dimanche.

3ème temps : Obtenir l’accord du personnel de la société (accord collectif ou référendum).

4ème temps : Demander une dérogation au Préfet.

Le fondement de la demande de dérogation du travail dominical

L’entreprise qui souhaite déroger au repos dominical doit se trouver dans un des cas prévus par l’article L. 3132-20 du Code du travail et être en mesure de le justifier.

L’entreprise doit donc être en mesure de démontrer que le repos simultané de l’ensemble des salariés le dimanche est : 

  • Soit préjudiciable au public,
  • Soit compromet le fonctionnement normal de l’établissement.

Rappel : si l’employeur obtient la possibilité de déroger au repos dominical, il devra organiser le repos hebdomadaire de ses salariés, auquel il ne pourra déroger, sauf cas prévus par le Code du travail.

Magasins ouverts le dimanche, que dit la loi ?

Un repos dominical préjudiciable au public

L’entreprise qui souhaite se prévaloir de cette possibilité doit être en mesure de démontrer la réelle nécessité pour le public de la trouver ouverte le dimanche.

La dérogation ne pourra être accordée que si l’employeur est en mesure de démontrer que les particularités liées à la nature de l’activité ou aux produits vendus sont telles qu’elles nécessitent d’ouvrir le dimanche.

La nature de la clientèle peut également permettre de démontrer la nécessité d’ouvrir le dimanche ; ainsi, avant la création de zones touristiques, des commerces de détails avaient été autorisés à ouvrir le dimanche dans certaines zones dans lesquelles l’affluence touristique était très importante à certaines périodes de l’année. 

L’atteinte au fonctionnement normal de l’établissement

L’atteinte au fonctionnement normal de l’établissement peut résulter notamment de l’importance du chiffre d’affaires qui serait réalisé le dimanche, ou de la concurrence qui pourrait être exercée par des entreprises autorisées à ouvrir le dimanche.

Quel que soit le fondement de la demande de dérogation au repos dominical, l’entreprise devra être en mesure d’apporter, au soutien de sa demande, tous les éléments de nature à démontrer la réalité de ce qu’elle avance, afin d’obtenir la dérogation demandée au préfet. Il s’agira essentiellement de démontrer, chiffres à l’appui, que la continuité de l’activité le dimanche relève d’une nécessité économique absolue pour l’entreprise ou pour le public.

Téléchargez gratuitement l’Ebook – La gestion du personnel en 7 règles d’or !

La demande de dérogation

La dérogation au repos dominical peut être demandée au préfet pour une durée maximale de 3 ans. Toutefois, avant de réaliser la demande de dérogation, l’entreprise doit prévoir les compensations qui seront accordées aux salariés amenés à travailler le dimanche.

La définition préalable des compensations au travail dominical

Avant l’engagement de toute démarche préfectorale, l’entreprise doit définir les compensations qu’elle entend accorder à ses travailleurs du dimanche, par accord collectif ou, à défaut, par décision unilatérale.

L’accord collectif, comme la décision unilatérale, doit fixer (article L. 3132-25-3 du Code du travail) :

  • les contreparties accordées aux salariés privés du repos dominical ainsi que les engagements pris en termes d’emploi ou en faveur de certains publics en difficulté ou de personnes handicapées ;
  • les conditions dans lesquelles l’employeur prend en compte l’évolution de la situation personnelle des salariés privés du repos dominical.

Si la nature de l’acte ne modifie pas les thèmes qu’il doit aborder, le législateur a souhaité privilégier le recours à l’accord collectif en mettant en place des contraintes particulières en cas de définition par décision unilatérale.

Ainsi, la décision unilatérale devra être approuvée par référendum (à bulletins secrets afin de respecter le droit électoral) auprès des salariés susceptibles d’être concernés par le travail dominical, après avis du CSE.

De plus, il devra être prévu, en guise de contreparties au travail dominical, a minima :

  • Une rémunération doublée les dimanches travaillés ;
  • L’attribution d’un repos compensateur (dont la quotité n’est pas précisée par la loi).

Rappel : dans le cadre d’une dérogation préfectorale, seuls des salariés volontaires peuvent travailler dimanche.

Quels risques encourt votre entreprise dans le traitement de la paie ?

La demande de dérogation préfectorale

Après avoir mis en place l’acte instituant les contreparties envisagées au travail dominical, l’employeur peut enfin solliciter la dérogation préfectorale.

Les préfectures demandent aux employeurs de compléter un formulaire (qui diffère selon la préfecture), en nombre variable (de 1 à 15 !), auquel devront être joint un certain nombre de pièces complémentaires, dont notamment :

  • La copie de l’accord ou de la décision unilatérale ;
  • La copie des avis rendus (du CSE et, le cas échéant, le résultat du référendum) ;
  • Une note explicative permettant de motiver la demande et de préciser les catégories de personnel visées et les modalités d’octroi du repos hebdomadaire.

Une fois le dossier reçu, le préfet le transmettra pour avis à différentes instances. Celles-ci auront un mois pour se prononcer. Le préfet rendra sa décision dans les 8 jours qui suivent et la notifiera à la société.

En conclusion, il est important de préciser que la demande de dérogation devra être largement anticipée, compte-tenu des différentes démarches à réaliser. 

Rappelons également que le fait de faire travailler des salariés le dimanche en dehors de tout cadre juridique est passible de diverses sanctions, et notamment une amende de 5ème classe (jusqu’à 1 500 € et jusqu’à 3 000 € en cas de récidive) pour chaque salarié travaillant illégalement le dimanche.

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Thibaut De Leiris

Juriste Conseil Social

Spécialiste en droit du travail et de la protection sociale chez In Extenso Avocats

Voir d'autres articles

Pierre-Jacques Castanet

Avocat à la cour, spécialisé en droit du travail

Pierre-Jacques Castanet dirige le Département droit social du cabinet In Extenso Avocats d’Ile de France. Il est spécialisé en droit du travail et de la protection sociale.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Zoom sur le nouveau régime des contrats d’apprentissage

Le dispositif de l'apprentissage a été remodelé par la loi du 5 septembre 2018, pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Une indemnisation pour les lanceurs d’alerte fiscaux

L’administration fiscale peut désormais indemniser toute personne, étrangère aux administrations publiques, qui lui fournit des renseignements [...]

Topo

Tout ce qu’il faut savoir sur le statut de conjoint collaborateur

Votre conjoint travaille régulièrement dans votre entreprise, sans percevoir de rémunération et sans avoir la qualité d'associé ? [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.

Contact rapide
close slider

Contact rapide

* champs obligatoires


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par la société In Extenso Opérationnel pour la gestion des envois de documentations/inscriptions à nos newsletters, ainsi qu’aux événements organisés par le Groupe In Extenso. Vous pouvez demander à tout moment votre désinscription à nos newsletters, revues ou événements. En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles.