2 min.
image a la une

Louise GELISSE

Le premier trimestre 2022 restera marqué par de forts contrastes. Après des signaux d’accélération d’activité liés à la levée des restrictions sanitaires, le choc exogène du conflit géopolitique bouleverse particulièrement les anticipations.

Alors que les effets immédiats se font déjà ressentir, notamment à travers l’inflation, et que des mesures sont urgemment prises, quels sont les risques pour les TPEPME à moyen terme ?

Perturbation des chaînes de valeurs et révision des politiques de production

Outre la fermeture des échanges avec plusieurs marchés Russes et les difficultés d’approvisionnement depuis l’Ukraine, nombre d’échanges mondiaux voient leurs chaînes de valeur largement perturbées. L’alimentaire, les métaux ou matière premières sont les premières touchées, mais le conflit remet en perspective les limites de la mondialisation pour beaucoup d’entreprises. Dans ce contexte, il est essentiel de réviser, parfois même en profondeur ses modèles de production : plan de transformation avec ses sous-traitants, internalisation, relocalisation, des leviers qui émergent pour sécuriser les productions à moyen puis long terme.

Activités les plus touchées : Risque généralisé

Perte de confiance des ménages et recul de la dynamique commerciale

Malgré les mesures « bouclier » annoncées par le Gouvernement, les agents économiques sont en retrait, y compris les ménages. Les soldes d’opinions de ces derniers se sont largement assombris, notamment lorsqu’il s’agit de l’anticipation de leur niveau de vie. L’opportunité de faire des achats importants (ou épargner), bien que moins impactée, est également en déclin. Un recul des achats plaisirs et loisirs, mais également une méfiance générale vient entacher les élans de reprise du début d’année.

Activités les plus touchées : CHR, Commerces alimentaires, Equipement de la personne

A lire : La procédure de traitement de sortie de crise est enfin opérationnelle

Tension sur les prix de vente et érosion des marges

Alors que les opportunités commerciales s’amenuisent, il est complexe d’imposer en sus une hausse des prix significatives, et cela malgré l’augmentation des coûts des matières 1ères. Les entreprises qui choisissent d’augmenter leurs tarifs le font dans une moindre mesure, un parti pris pour ne pas perdre en volume de clientèle. Dans le contexte de méfiance générale, l’érosion des marges sera donc à prévoir à moyen terme. Elle est néanmoins déjà visible pour de nombreux secteurs, directement impactés par les variations de coûts des matières premières. L’attention se portera pour les chefs d’entreprise sur un juste équilibre entre coûts et tarification.

Activités les plus touchées : Bâtiment

Intensification des cybermenaces

Les effets du conflit se ressentent également dans le cyberespace, alors que les cyberattaques s’étaient déjà largement démultipliées lors de la crise COVID. Plus que jamais, il est nécessaire de rappeler que toutes les entreprises quelle que soit leur taille sont vulnérables. D’autant que les conséquences d’une interruption d’activité ou perte de données peuvent être très lourdes. Alors que le marché de la cyber assurance s’est durci, bon nombre d’entreprises doivent encore renforcer leurs processus internes : MFA, sauvegardes.. L’ensemble de ces risques pour les TPE-PME sont à surveiller de très près.

Activités les plus touchées : Risque généralisé

A lire : Comment faire face à une cyberattaque ?

Les risques pour les TPE-PME sont légions. Le conflit Ukraine-Russie a entraîné la mise en place de mesures dans le champ économique. Au-delà des aides du gouvernement, le conflit doit aussi être le signe pour les entreprises qu’il est important de se protéger face aux risques géopolitiques. Les conflits rebattront-t-ils les cartes en matière de protection des entreprises ?

Partagez cet article
A propos de L’auteur

Louise GELISSE

Assistante Risk Management

Louise participe à la cartographie des risques, la gestion de crise, la gestion des assurances ainsi que la gestion des sinistres du groupe In Extenso.

Voir d'autres articles

VOUS AIMEREZ AUSSI...

Topo

Entreprises, méfiez-vous des arnaques aux immatriculations

De nombreuses entreprises, notamment à l'occasion de leur création, continuent d'être destinataires de courriers d'apparence officielle [...]

Topo

Les aides exceptionnelles pour l’apprentissage prolongées jusqu’au 30 juin 2022 

Les aides exceptionnelles au recrutement des apprentis et des alternants, initiées dans le cadre du plan « 1 Jeune 1 Solution », sont [...]

Directive OMNIBUS : Durcissement des règles entre professionnels et consommateurs

La multiplication des plateformes numériques ou places de marché a entrainé une modification des habitudes d'achat des consommateurs [...]

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ? Laissez un commentaire

Notre politique de protection des données personnelles.